vendredi 4 mai 2018

La chair du rêve, c'est la déraison...

Adil Rami, Luis Gustavo.
Stylo Bic, café, sel et herbes de Provence...


Le prince a les milliards qui changent l'or en rien...
Le sujet possède la passion qui transcende celui que le prince appelle le risible.
Les légendes ne s'achètent pas, elles se construisent dans la déraison.
L'histoire, il y a ceux qui la racontent et ceux qui la vivent... Nous, on la vit!

Dimanche Joe Dante.
Hier soir, l'OM.
Demain, la révolution?
Il y a des semaines qui sont des vies.

2 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

Magnifique dessin !
A quand un article sur le soir de l'expo avec vos jolies mots, pour donner votre ressenti a ceux qui comme moi n'ont pas pu venir ?

8 mai 2018 à 13:15  
Blogger Caroline a dit...

Bonsoir Monsieur Mariotti,
Je retrouve votre blog après des années d'absence...J'ai relu votre BD hier et elle m'a donné envie de prendre de vos nouvelles! Et comme à chaque fois que je viens voir votre blog, je ne suis pas déçue, j'adore votre série bic!

Pensées de Berlin.
Caroline.

15 juin 2018 à 18:04  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil