dimanche 14 octobre 2018

Interlude graphique: le bureau des légendes...

Portrait réalisé de mémoire.

Ce matin au bureau de tabac.
Sur le comptoir du magasin, La Provence fait sa une avec ce titre accrocheur : Faut-il quitter les réseaux sociaux?. 
Le jeune vendeur demande avec une affectueuse provocation au vieux client placé devant moi.
- Alors, Monsieur J, il faut quitter les réseaux sociaux ou pas?
- Bien sûr.
- Mais avant de les quitter, il faut les avoir non?
- Quoi?
- Les réseaux sociaux.
- Bin oui!
- Alors, faut les quitter ou pas.
- Oui.
- Mais vous en avez?
- Mais tu me prends vraiment pour un imbécile. Sûrement que j'en ai.
- Ha bon?
- Oui, j'ai la sécurité sociale.

samedi 13 octobre 2018

Le génie des élèves et de ceux qui le furent: au musée des tapisseries, les élèves deviennent des motifs.











Cette année, avec les secondes option d'exploration patrimoines, nous travaillons sur le Musée des Tapisseries d'Aix-en-Provence. Tous les quinze jours, nous nous rendons sur les lieux afin de réaliser différentes productions plastiques, sonores, littéraires, etc... Une jeune plasticienne, dont j'apprécie particulièrement le travail, nous accompagne dans cette jolie aventure. Et moi, aventurier des terres connues et des mers immobiles, je dessine les lieux par les corps qui les habitent. Les élèves sujets deviennent des motifs et fleurissent sur les feuilles, sages comme des images.

mercredi 10 octobre 2018

Le génie des élèves et de ceux qui le furent: débarquer en cours comme une armée de croqueurs.





En deuxième heure, avec mon groupe d'option facultative d'arts plastiques de première, je donne comme consigne de débarquer dans le cours de ma collègue d'histoire des arts pour réaliser un carnet de voyage. Nous voilà 25 petits soldats armés de feutres et de feuilles encerclant nos victimes bien consentantes. Moi, je croque les assaillants et les assiégés avec un égal bonheur. Plus personne ne s'offusque de mes initiatives originales mais toujours inscrites dans un projet pédagogique. Notre séance est une plage de bonheur car tous les acteurs jouent le jeu.

mardi 9 octobre 2018

Le génie des élèves et de ceux qui le furent: La Mélancolie.





lundi 8 octobre 2018

Le génie des élèves et de ceux qui le furent: une histoire de cheveux.







 Je dépose ma femme à son travail. Je la regarde s'éloigner et ouvrir la grille de la porte d'entrée. Quelques mètres, quelques pas, et elle disparait en m'adressant un sourire plein de promesses. Marche arrière. Chemin creusé d'ornières. Quelqu'un me laissera passer. C'est lui, dans sa belle voiture allemande. Il me fait signe de la main. Je lui renvois la politesse d'une même main amicale. Je m'arrête à la boulangerie prendre mon cappuccino. J'aime bien les commises. Deux soeurs qui se ressemblent comme des jumelles mais qui ne le sont pas. Elles ont sept ans d'écart. L'une ou l'autre m'offre toujours une viennoiserie. Je suis gêné car cela devient systématique. Les clients me regardent d'un air étrange pas encore envieux, mais ça viendra. Je m'installe seul à la table que ma femme et moi occupons d'habitude. Elle dos au soleil et moi, en face. Ses cheveux, sous la caresse des rayons, ressemblent à une terre promise. Comme elle n'est pas là, j'observe un peu plus les gens qui m'entourent. Ce sont les mêmes, toujours les mêmes mais avec un WE en plus dans les dents. Certains s'apprêtent à partir travailler, d'autres resteront là toute la journée et mesureront le temps à mesure de le voir passer. Je suis très en avance. Alors je prends un peu du temps à ceux qui en ont trop. Il commence à pleuvoir. Je prends la route du collège. Me gare devant. C'est rare, j'en suis très heureux. Je me grille une dernière cigarette et fait un large sourire au monsieur de la maison d'en face. Il est assis dans sa cuisine avec un gros casque sur les oreilles et s'agite sur le clavier de son portable. Je sais pas ce qu'il fait dans la vie. Mais je l'aime bien. Il a une bonne gueule. Sa femme aussi est jolie. Ils forment un beau couple. J'ai vu la jeune mère enceinte. J'ai vu le bébé. Les parents et les beaux-parents devenir grands parents. J'ai vu la fillette en poussette. Grandir. Marcher. J'ai vu la jeune élève entrer en maternelle avec un joli cartable sur les épaules. J'aime cette famille. Je ne sais même pas leur nom. Mais je m'en fous. Je ne veux pas plus les connaître. Notre attention les uns pour les autres me comble de bonheur. Ils font absolument partie de ma vie. Parfois j'angoisse à l'idée qu'ils puissent se séparer. Je me vois sonner chez eux: non, ne faites pas ça. Vous êtes beaux et amoureux pour toujours. Ça se voit comme le nez au milieu de la figure. Ne vous quittez pas. Vous ne trouverez pas mieux que vous ailleurs. Et quoique fut la faute de l'un ou de l'autre, je vous en supplie, gommez-la de votre réalité pour continuer à vivre votre passion. Oui, j'ai tendance à m'emballer lorsque il me semble toucher l'idée du bonheur. J'écrase ma cigarette. Saisis mes sacs et regagne ma salle. Devant la porte, trois, quatre et bientôt dix élèves m'accueillent.
- Monsieur on peut venir avec vous?
- Bien sûr, vous êtes ici chez vous.
 J'ouvre ma session d'ordi. Sors mon Zap Book.
- Qui je dessine?
- Moi, m'sieur!
- OK. Bouge plus.
- Après vous me ferez à moi?
- Oui!
- Et à moi?
- Oui!
- Et à moi?
- Oui!
Un élève de quatrième entre dans la classe.
- Bonjour m'sieur.
- Bonjour!
- C'est quoi ce temps. Il pleut. Il fait soleil. Il est bipolaire ou quoi.
Cette phrase me fait beaucoup rire. Et je reprends les traits serrés et en arabesque qui dans quelques minutes formeront la belle chevelure de mon modèle.

samedi 6 octobre 2018

Le génie des élèves et de ceux qui le furent: dessiner l'autre, c'est le révéler au monde.















lundi 1 octobre 2018

Le génie des élèves et de ceux qui le furent: à chaque génération sa mythologie.







Je n'ai que 25 minutes de repos. Je termine à 12h30 et reprends à 12h55. Peu importe. Ma salle est ouverte. Ils rentrent, s'installent, et nous dessinons. Ils sont mes modèles, je suis leur OVNI. La vie est simple, le bonheur est presque à portée de main, demain, des deux mains, nous le toucherons ensemble. Pour le moment nous remplissons des feuilles de traits qui, mis bout à bout, forment un visage ou pas. Et puis on chante comme des dératés. J'aime le rap, comme eux. J'aime le rap comme j'aime Mozart ou Led Zeppelin. Chaque époque possède sa propre mythologie. On chante ÇA . C'est bien produit, écrit et puis y'a Joey Starr.

vendredi 28 septembre 2018

Le génie des élèves et de ceux qui le furent: le bon modèle fait le bon dessinateur...